Interview pour "Franc-Parler" :D

Publié le par Christine Merlin

J'ai été agréablement surprise d'avoir été sollicitée (parmi d'autres) pour répondre aux question d'Elodie Ressouches sur mon utilisation de Netvibes dans le cadre de la préparation d'un article pour le site "Franc-parler" que j'ai souvent cité ici.

Voici donc ce que j'ai répondu :

QUESTIONS A PROPOS DE VOTRE USAGE PEDAGOGIQUE DU BLOG

Depuis quand utilisez-vous Netvibes ? L'avez-vous d'emblée utilisé à des
fins professionnelles ?
J'utilise Netvibes depuis un an environ. J'ai commencé d'emblée à des fins professionnelle. 

Qu'est-ce qui vous a mené à utiliser Netvibes à des fins pédagogiques ?
Le but n'était pas directement pédagogique car mon support pédagogique de prédilection est le blog. Je me permets donc de remonter un peu dans le temps pour vous expliquer ce contexte.
Je travaille en salle pupitre (réseau pédagogique de 27 ordi+ 1 poste maitre) l'essentiel de mon emploi du temps depuis plusieurs années et cela m'a emmené progressivement à déborder du temps de cours sur l'Internet.
 D'abord par l'échange de mails avec mes élèves, puis très rapidement par la création de blog. D'abord un seul blog (où je publiais des infos complémentaires et des liens intéressants pour tous mes élèves, tous niveaux confondus), puis un par niveau de cours, puis un par classe et par année. Chaque année nous construisons le blog ensemble (le cours aussi, dans certaines limites). Donc au fil du temps j'avais beaucoup d'adresses de blogs qui, même officiellement "abandonnés" par les classes au mois de juin, continuaient à vivre leur vie de blog par le biais des commentaires d'anciens élèves ou de curieux (enfants et adultes) qui trouvaient quelquefois là réponses à leurs questions.
Lorsque j'ai entendu parler de Netvibes, j'ai pensé que ce pourrait être là un moyen de créer un portail qui conduirait vers tous ces "vieux" blogs en plus des nouveaux, ainsi qu'un moyen d'instaurer une veille vers d'autres blogs ou sites qui pouvaient nous intéresser dans le cadre des cours.
Était-il destiné à votre propre usage ou plutôt à la gestion de la classe
et aux élèves ? Quelles fonctionnalités de Netvibes utilisez-vous ? Quelle exploitation pédagogique en faites-vous ?

Le portail Netvibes est à la fois destiné à mon propre usage (page privée et page publique) puisque cela me permets d'organiser mes contenus pédagogiques dispersés sur le net, et de continuer à surveiller les productions de mes collègues. 
Je pensais, au moment de la création, m'en servir également en classe car je trouvais que la mise à disposition des outils (widgets de type dictionnaires, cadre de recherches, fils RSS, liens vers les blogs) serait aussi intéressante pour mes élèves.
Hélas je me suis vite rendue compte que nous ne pouvions guère l'utiliser en classe à part en mode présentation (ce qui perd de son intérêt),  car il est très lourd à charger (surtout avec une classe de 27 élèves). Dix minutes pour charger la page avec notre connexion! Les élèves s'impatientent vite! Ils n'y ont pas vu d'intérêt et la plupart n'ont jamais cherché à y retourner, même chez eux. Ils m'ont dit également avoir du mal à s'y retrouver : les onglets, les cadres, c'est difficile pour un jeune qui quelquefois éprouve encore des difficultés à lire "linéairement". Je pense que des lycéens ou mieux, des étudiants sont plus à même d'apprécier ce type d'outil et leurs objectifs pédagogiques doivent mieux s'y prêter.
J'avais installé quelques widgets (dictionnaire, dict. des synonymes, encyclopédie, fille RSS  d'autres blogs, d'autres classes,  Fils RSS de forums (type Intellego), et surtout Fils RSS vers nos blogs, commentaires ainsi qu'un cadre "cahier de textes". Je voulais relier ce dernier vers Google Calendar mais je n'ai jamais réussi... :S
En clin d'oeil à Franc Parler, j'ai même un onglet "Français Langue Etrangère" à destination  de mes élèves les plus en difficulté.
Ceci dit, j'avais d'autres idées m'inspirant d'autres portails comme celui de Olivier Leguay : 
mais forcément sans les élèves c'était à la fois inutile et beaucoup moins drôle!!


L'utilisation de Netvibes débouche-t-elle sur des pratiques pédagogiques
nouvelles ou bien est-ce plutôt une modernisation de pratiques habituelles?
Compte tenu de mes réponses précédentes, je manque évidemment un peu de recul. Mais concernant l'ensemble de mes pratiques je dirais que si principalement l'outil "Web" est le support de nos pratiques habituelles, j'ai tendance à laisser de plus en plus la place aux élèves qui sont donc de plus en plus acteurs de leur propre éducation. Cela a aussi permis de dépasser les limites géographiques et temporelles du cours. L'élève contacte le professeur et construit le cours aussi bien de chez lui que de la classe. La relation avec les parents peut également s'améliorer si ces derniers sont correctement informés de notre démarche. Certains ont commencé à suivre les blogs pour surveiller les devoirs puis se sont mis à "suivre les cours"!!! :D 

Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? Êtes-vous satisfaite de
Netvibes ? Y trouvez-vous des limites ? Si c'était à refaire, feriez-vous
de la même manière ou autrement ?
Donc bilan presque négatif même si cette étape fut nécessaire pour m'intéresser à d'autres supports, à rencontrer d'autres professeurs cherchant dans la même direction. Bien sûr que je ferais autrement mais ne faut-il pas tout tester pour avancer?

Quels sont les éventuels pré-requis nécessaires pour utiliser Netvibes
(enseignant + élèves) ? Avez-vous été formée ou bien vous êtes-vous
autoformée ? Avez-vous dû former vos élèves aux aspects techniques de
l'outil ?

Pour les enseignants peu de prérequis. L'interface me parait simple d'usage même si un peu plus complexe que IGoogle ou Symbaloo dans la même catégorie. Le principe des liens RSS est à comprendre. Le frein principal est que beaucoup d'enseignants ne veulent pas apprendre dans ce domaine, ou se trouvent "nuls" (ironique, n'est-ce pas?). J'en fais malheureusement régulièrement l'expérience quand j'essaye de former mes collègues.
Je me suis autoformée mais en copiant beaucoup d'idées à des collègues d'autres établissements, notamment Olivier Leguay (op. cit.) 
J'aurais certainement dû former mes élèves à la lecture, plus qu'aux techniques puisqu'ils ne peuvent pas publier sur une page Netvibes (sauf un message sur le mur de la page d'accueil). Mais compte tenu de ce qui précède, je ne l'ai pas fait.
Dans le cadre de votre établissement, votre initiative est-elle isolée,
suivie, relayée, encouragée, partagée... ou pas ?

J'anime deux formations par an sur les outils du Web appliqués à la pédagogie auprès des collègues volontaires de mon établissement. Sur une soixantaine de profs, une quinzaine sont assidus aux formations et environ cinq ont créé un blog sur la durée. Netvibes, Twitter et autres réseaux sociaux, ils ne sont pas prêts... Mais ça viendra :D
L'académie ne reconnait pour l'instant pas mon travail mais je n'en fait pas étalage non plus. Mes principaux ne s'y intéressent guère mais me font confiance.
Je ne me sens pas isolée car je suis en contact avec d'autres profs qui cherchent dans la même voie (du primaire à l'université, toutes matières confondues).
Utilisez-vous d'autres outils web ? Lesquels et pour quoi faire ?

Cette année, notre assistant d'éducation chargé des TICE nous a installé Moodle. C'est une plateforme plus complexe qu'un blog, permettant à la fois de publier les cours, d'organiser des blogs, des forums, des wikis, des tests en ligne, des aller-retour de fichiers entre le prof et l'élève, etc.... C'est une plateforme créée par et pour les enseignants. Donc j'ai laissé tomber le blog (peut être provisoirement) et me lance dans l'aventure.
Je me suis aussi lancée sur Twitter et regarde d'un oeil passionné mes collègues faire l'expérimentation du microblogging comme pratique pédagogique. Mais il faut que je réfléchisse à son utilité dans mon niveau de cours, dans ma matière, tout n'est pas calquable à l'infini....
Voilà j'espère avoir été claire et avoir répondu à vos questions..
Je vous souhaite bon courage pour synthétiser tout cela et peut être à bientôt...
Christine Merlin 

Commenter cet article